de | fr | it
 Home  Chercher  Sitemap  Login


Exiger des collaborateurs qu’ils fournissent des journées de travail supplémentaires n’est pas permis chez CFF P

Dans la rotation annuelle, le temps de travail moyen sert à définir le nombre de jours de congé qui seront attribués. Les jours de congé attribués ne doivent pas descendre en dessous de la valeur de 115/116 jours. En outre la différence par rapport au nombre de jours calculés ne doit pas dépasser les +/- 3 jours. Cela signifie que lorsque la durée moyenne prévoit 118 jours de congés dans la rotation, le nombre de jours effectivement attribués ne doit pas se situer en dessous de 115 et en dessus de 121.

 

D’après la CCT, le respect de ces valeurs incombe uniquement au supérieur hiérarchique. Malheureusement, ce travail n’a, une fois de plus, pas été effectué correctement et les temps de travail n’ont pas pu être corrigés dans les délais. Si on constate maintenant que trop de jours de congé ont été attribués durant l’année passée, il incombe au supérieur de faire augmenter la moyenne du temps de travail. La suppression de jours de congé comme cela est parfois exigé par les supérieurs n’est en aucun point tolérable.

 

Nous sommes étonnés du fait que CFF P-OP-ZF ignore l’existence de cette façon de faire, d’une part parce qu’elle en porte la responsabilité et que, d’autre, part cela constitue une de ses tâches essentielles. Les rotations de congés sont connues depuis le mois de novembre de l’année précédente. Entretemps, six mois se sont écoulés et nous sommes en mai.

 

Nous recommandons aux mécaniciens concernés d’attirer l’attention de leur supérieur sur le fait que le temps de travail doit être accompli sur les jours de travail prévus par la rotation, dans le cas où celui-ci venait à leur demander de travailler sur un jours de congé.

 

 

VSLF No 530, 18 mai 2017 HG



© 2013 Syndicat suisse des mécaniciens de loc. et aspirants  Juridique  Privacy